Rapport d’activités 2020

Rapport d’activités 2020

Au cours de l’exercice 2020, la Fondation a collecté un total de 1.964.248 €, contre 1.187.157 € en 2019 et 851.109 € en 2018. Les dons ont par conséquent augmenté de 65% par rapport à 2019 et de 130% par rapport à 2018 .

En 2020, la Fondation a notamment soutenu les projets suivants :

  • Le Fonds d’avenir de l’Archidiocèse de Luxembourg

Ce fonds dédié fournit à l’Archevêché de Luxembourg les ressources financières lui permettant d’assurer le service pastoral sur l’ensemble du territoire de l’Archidiocèse.  Les ressources collectées seront utilisées le moment venu pour assurer la subsistance et la formation du clergé et des personnes en mission ecclésiale engagés après l’entrée en vigueur de la loi du 23 juillet 2016.

Au cours de l’exercice 2020, la Fondation a reçu un chiffre record de 584.985 € de dons au titre du Fonds d’avenir. Au 31 décembre 2020, la réserve accumulée dans le Fonds d’avenir est ainsi de 1.593.027 euros. Ces fonds ainsi que, plus généralement, les liquidités de la Fondation ne peuvent être investis que dans des produits financiers répondant aux exigences de la doctrine sociale de l’Église, auprès de contreparties au rating excellent et qui garantissent le remboursement du capital investi à l’échéance.

 

  • L’initiative diocésaine « Reech eng Hand – Tends la main» et notamment le projet « Accueil des réfugiés »

« Reech eng Hand – Tends la main » est un projet de l’Église catholique à Luxembourg. Il a été créé en 2015 avec l’arrivée de nombreux réfugiés au Luxembourg liée à la crise migratoire de cette année-là..

Trois ans après sa visite  sur l’île grecque de Lesbos, le pape François a lancé un nouvel appel pour réclamer davantage d’attention envers les personnes réfugiées et plus de solidarité en matière de politique migratoire européenne.

C’est dans ce cadre qu’une délégation du Vatican, dont Mgr Jean-Claude Hollerich, cardinal-archevêque de Luxembourg et Président de la COMECE, s’est rendue en mai 2019 à Lesbos où étaient parqués des migrants venus d’Irak, de Syrie et d’Afghanistan. L’objectif de cette visite était de poser un geste concret : accueillir au Luxembourg, avec l’accord du ministère de l’Immigration, deux familles vivant dans le camp de Lesbos.

Ces deux familles sont arrivées à Luxembourg le 19 novembre 2019. Elles sont suivies par Reech eng Hand dans leur parcours administratif et d’intégration et sont financièrement à charge de l’Église catholique pendant deux ans.

Chaque famille recevra la même aide que les autres familles de  réfugiés. Après deux ans, les aides sociales de l’État leurs seront accessibles si besoin, selon le statut accordé.

En ce qui concerne les résultats, l’initiative « Reech eng Hand » a connu un essor considérable au cours de l’année 2020. La Fondation a, en effet, reçu un montant de dons cumulés de 120.470 € au 31 décembre 2020, dont 13.740 € spécialement attribués à l’accueil des réfugiés de Lesbos. Néanmoins, ce projet, qui ne reçoit aucune subvention étatique, nécessite aussi à l’avenir un soutien financier substantiel de la part des donateurs, étant donné que la prise en charge des deux familles de réfugiés  représente pour l’Archevêché un coût d’environ 180.000 – 200.000 € pour les deux années 2020 et 2021.

  • La retransmission radiodiffusée des messes dominicales et de l’Octave (projet « Radiosmass » / « Mediemass »)

Depuis janvier 2017, l’Archevêché finance l’enregistrement et la retransmission audio, télévisée (initiative lancée pendant la pandémie en 2020) et internet des messes dominicales et de l’Octave. Ces prestations sont assurées par des professionnels et représentent un coût élevé. Néanmoins, grâce à l’utilisation de ces moyens de communication modernes, ce projet pastoral permet aux personnes incapables de se rendre à l’église du fait de l’âge ou de la maladie de participer à la vie de la communauté chrétienne.

Cette initiative, qui en 2020, a été marquée par le passage d’une messe radiodiffusée à la projection vidéo, à la fois télévisée et distribuée sur internet, a été fortement saluée par toute la communauté chrétienne puisque de très nombreux et généreux donateurs ont soutenu ce projet qui, en 2020, a reçu pour 158.540 € de dons, contre 58.584 € en 2019, soit une augmentation de 270 % en 2020. Par ailleurs, le projet des messes télédiffusées est désormais devenu un « must », notamment au cours d’une année gravement marquée par l’arrivée du virus Covid-19.

  • La formation des futurs prêtres

Initié à la fin de l’année 2016, ce projet a fait l’objet d’une attention particulière de la part de la Fondation qui l’a promu auprès du public. Cet effort de médiatisation a permis à la Fondation de collecter 18.391 € en 2020, utilisés pour financer la formation des séminaristes de l’archidiocèse.

  • Missio – Parrainage de 4 séminaires dans des pays en voie de développement

Le parrainage des séminaires est une initiative de l’Œuvre de Saint-Pierre Apôtre (appelée au Luxembourg « Prêtres pour le Tiers-Monde ») qui soutient depuis plus de 125 ans la formation des prêtres dans les pays en voie de développement.

Dans ce cadre, Missio Luxembourg s’est engagé à soutenir plusieurs séminaires pour garantir la formation de futurs prêtres dans des diocèses africains et asiatiques. Souvent dans les pays de mission, le prêtre n’est pas seulement pasteur et fondateur de communautés, mais il s’engage également pour promouvoir le développement social. Pour cela, il a besoin d’une formation solide.

Dans ces pays, le coût d’une année d’étude d’un séminariste s’élevant à 1500 € par an, le montant à collecter annuellement correspond au financement pour un an des études de 40 séminaristes.

Hébergé par la Fondation Sainte-Irmine depuis sa création, ce projet a connu une très belle évolution au fil des années avec notamment une collecte de 70.087 € en 2020, sous forme de dons et de legs.

  • Restauration de l’orgue symphonique « Haupt » de la Cathédrale de Luxembourg :

L’année 2020 a été aussi marquée par la prise en charge d’un nouveau projet par la Fondation Sainte-Irmine qui vise la restauration de l’orgue symphonique de la Cathédrale Notre-Dame de Luxembourg. Depuis sa construction en 1937/38 par la „Manufacture d’orgues luxembourgeoise G. Haupt“, cet instrument historique – avec ses 106 jeux le plus grand jamais réalisé au Luxembourg – accompagne toutes les grandes cérémonies religieuses et nationales du pays, du Te Deum de la Fête Nationale et de l’Octave annuelle aux évènements uniques comme le Te Deum de la Libération en 1945, la visite de Jean-Paul II en 1985, ou encore les mariages princiers et les services funèbres des Souverains du Grand-Duché.

Référence incontestée dans le paysage organistique luxembourgeois jusque dans les années 1970, l’instrument se dégrade progressivement, depuis bon nombre d’années déjà, en raison de la vétusté et de l’usure du matériel. Aujourd’hui, plusieurs de ses 82 jeux restants sont partiellement muets ; le combinateur électronique et la transmission électro-pneumatique ne fonctionnent plus de manière fiable; l’état général du matériel vieillissant rend un accord stable de l’instrument impossible.

Les travaux de restauration du grand orgue qui ont débuté en juillet 2020 et s’étendront jusqu’à l’Avent 2021, sont confiés à l’entreprise autrichienne „Rieger Orgelbau GmbH“.

Le chantier de restauration est aussi l’occasion d’installer un système de sonorisation performant (système OMNIWAVE) destiné à améliorer l’acoustique générale de la cathédrale.

 

 

 

 

 

 

 

Autres projets:

 

 

Grâce au soutien de nombreux donateurs, la Fondation a également pu soutenir les projets suivants :

  • « Karibuni », une initiative humanitaire mise en place par le JRS (Jesuit Refugee Service) en faveur de l’accueil et l’intégration de jeunes réfugiés au Luxembourg.

 

  • « Développement du Centre Spirituel du Cents » pour assurer l’entretien du bâtiment ainsi que les activés spirituelles des Sœurs de l’Institut des Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matará.

 

  • « Adveniat » en soutien de l’activité missionaire, humanitaire et spirituelle de l’abbé Julien Braun en Amérique Latine.

 

  • « Esch 2022, Ensemble même si différents », un projet organisé à l’initiative du conseil pastoral de la Paroisse Esch-sur-Alzette Sainte-Famille dans le cadre d’Esch 2022 capitale européenne de la culture. L’objectif est de mettre en évidence la vie, la culture et le dynamisme de l’Église catholique et son empreinte au sein de la population et de montrer la collaboration possible avec les autres confessions.

 

  • « Fonds de dévelopement de la Scuola Materna Cattolica Internazionale » afin d’assurer l’avenir de la « Scuola » et notamment d’en préserver l’empreinte catholique apportée par la « Congregazione delle Suore Francescane Missionarie del Sacro Cuore » lors de sa fondation en 1965.

 

  • « Fonds des malades », soutien de l’activité de LuxPélé asbl, service diocésain de pèlerinages, qui propose un programme de solidarité et de pèlerinages à l’égard de personnes malades, âgées et handicapées. Le sanctuaire de « Lourdes » a représenté le site privilégié de pèlerinage de l’association au cours des dernières années.

 

  • « Réseau mondial de la prière du Pape », est une oeuvre pontificale proposée à tous les chrétiens afin qu’ils se mobilisent par la prière pour les défis de l’humanité et de la mission de l’Église, défis confiés chaque mois par le Pape François.

 

  • « Europa Scouten », une initiative vouée à soutenir les Europa Scouten, un mouvement au Luxembourg qui, depuis plusieurs années, fonde son action sur l’enseignement de l’Église catholique. Il vise à développer et à traduire en actes les capacités de générosité des jeunes. Il favorise la rencontre entre jeunes européens, dans une même communion chrétienne.

 

  • « Tweeter avec Dieu », un projet créé dans l’intention d’instaurer un véritable dialogue avec les jeunes, notamment sur les questions qu’ils se posent concernant la vie, Dieu et la (Ce projet a été clôturé fin 2020.)

 

  • « Soutien ACFL », un nouveau projet à l’initiative de l’Action Catholique des Femmes au Luxembourg qui se veut être un acteur responsable de la société civile et qui intervient dans les domaines de la pratique de la foi, de la culture, de l’engagement social et de la formation permanente.

 

Parmi les différents projets soutenus par la Fondation, vous trouverez dans le graphique ci-contre, les projets (hormis le fonds d’avenir) ayant rencontré en 2020 le plus grand succès en termes de dons.

 

 

 

 

 

Promotion et relations publiques

  •  Campagnes promotionnelles

La Fondation a mené au cours de l’exercice 2020 plusieurs campagnes de sensibilisation du public à l’égard de certains de ses projets.

Certes, malgré les très bons résultats en chiffres de 2020, les démarches à l’égard des donateurs n’ont pu être effectuées avec la même efficacité que les années précédentes notamment à cause de la présence du Covid-19 qui a réduit sensiblement les contacts humains et les relations entre les membres de l’équipe de la Fondation Sainte-Irmine et les donateurs.

En 2020, le public des donateurs a été en tout cas très sensible à trois projets importants de la Fondation Sainte-Irmine qui ont fait l’objet de campagnes aussi dans la presse, à savoir (en ordre décroissant), le « Fonds d’avenir », le projet « Radiosmass » et toute l’activité liée à l’accueil des réfugiés (Reech eng Hand (REH) et Lesbos).

  • Communication diversifiée et intense

En termes de communication, la Fondation Sainte-Irmine a consacré en 2020 beaucoup de temps à la mise à disposition d’une documentation complète permettant au public d’avoir un aperçu plus riche et détaillé sur ses activités et ses nombreuses initiatives.Le dépliant de la Fondation Sainte-Irmine (rédigé en trois langues : allemand, français et anglais) résumant de manière simple et directe la mission et les activités de la fondation est arrivé en 2020 à sa deuxième édition avec la divulgation d’une version luxembourgeoise et aussi italienne. Le dépliant est désormais transmis d’office à tous les nouveaux donateurs qui s’adressent à la Fondation afin de leur permettre de bien appréhender sa mission et ses

objectifs diocésains. Les effets ont été bénéfiques et les résultats de cette action ont été probants notamment au regard des montants des dons reçus en 2020.

  • Poursuite de l’activité de médiatisation du site internet

 À titre de rappel, la Fondation avait  procédé en 2019 à une série de travaux  pour lancer son site internet www.irmine.lu qui a vu le jour le 13 mai 2019.

Conçu sous la dimension WordPress, ce site offre un aperçu concret des multiples projets hébergés par la Fondation Sainte-Irmine. Par ailleurs, le site veut être aussi un outil de communication « vivant » capable de renseigner l’internaute sur les multiples activités, initiatives ou événements promus par la Fondation au fil du temps. Enfin, l’attractivité du site c’est aussi la mission de notre équipe qui s’efforce tous les jours à  offrir une « actualité » sans faille. Étant donné que le public des donateurs de la Fondation Sainte-Irmine sont pour la plupart de nationalité luxembourgeoise, il devient essentiel d’offrir à notre public une version du site en luxembourgeois, ce qui a été réalisé au mois d’octobre 2020.

Par ailleurs, la Fondation Sainte-Irmine a mis en place en 2020 la fonctionnalité « dons en ligne » par carte de crédit sur le site internet. Alors que ce service a été utilisé de manière discrète par les donateurs, l’équipe de la Fondation a constaté une utilisation intense au cours du dernier trimestre 2020 et surtout au cours du mois de décembre. La Fondation espère que cette formule qui consent le transfert direct du montant des dons vers ses propres comptes puisse être davantage utilisée au cours de l’année 2021 et ceci afin de compenser les traditionnels transferts par virement bancaire qui sont plus longs et difficiles à traiter.

  • Changement au sein du Conseil d’administration et de l’équipe de la Fondation

L’année 2020 a été aussi marquée par quelques changements au sein de l’équipe de la Fondation Sainte-Irmine et de son Conseil d’administration.

Après 8 années de bons et loyaux services, Christian Descoups, qui occupait le poste de « Secrétaire général » à l’Archevêché et de la Fondation Sainte-Irmine, quitte fin 2020 l’Archevêché pour faire valoir ses droits à la retraite. La fonction de « Secrétaire Général » de la Fondation Sainte-Irmine est attribuée depuis le mois d’août 2020 à Roger Nilles, précédemment responsable du Service Communication et Presse de l’Archevêché.

Par ailleurs, Nelly Linster, est venue rejoindre l’équipe de la Fondation pour y assurer le rôle d’ « Assistante administrative ». À ce stade, l’équipe chargée de la gestion opérationnelle de la Fondation est composée de trois personnes à savoir :

  • Roger Nilles – Secrétaire général
  • Antoine Wagner – Chargé de mission
  • Nelly Linster – Assistante administrative

Au niveau du Conseil d’administration, l’administrateur Guy Schleder a vu son mandat renouvelé pour 3 ans et Monsieur Christian Descoups a lui aussi été nommé en tant que nouvel administrateur de la Fondation Sainte-Irmine. Le nouveau Conseil ainsi composé compte désormais 5 administrateurs :

  • Son Éminence Mgr Jean-Claude Cardinal Hollerich – Président
  • Son Excellence Mgr Léo Wagener, Évêque auxiliaire – Président exécutif
  • Monsieur Christian Descoups, Administrateur
  • Monsieur Guy Schleder, Administrateur
  • Monsieur Marc Wagener, Administrateur

 

Plan d’action pour 2021

  •  Communication dynamique

Alors que l’action du Covid-19 et de la pandémie semblent loin d’avoir ralenti leurs effets dévastateurs, il semble difficile, à ce stade, de faire des pronostics sur l’activité de communication de la Fondation Sainte-Irmine.

Bien sûr, parmi les désirs les plus chers de la Fondation, il y au premier plan le souhait de relancer de manière active sa politique de communication à l’égard du public et des donateurs, action qui s’est montrée efficace pour l’atteinte des résultats ambitieux des années 2017 à 2020.

Par ailleurs, la Fondation Sainte-Irmine continuera à maintenir un contact accru avec les responsables des différents projets pris en charge par la Fondation afin d’assurer un suivi régulier et une information transparente à l’égard des donateurs.

Dans ce même  contexte, la Fondation Sainte-Irmine réfléchit aussi activement à assurer une présence sur certains réseaux sociaux de manière aussi à élargir la gamme des canaux au travers desquels la Fondation souhaite se faire connaître. Des projets sont à l’étude et les donateurs de Sainte-Irmine en seront informés en temps utile.

  • Développement du site internet

L’année 2021 sera consacrée aussi au développement du site internet et notamment à des actions ciblées en vue d’augmenter le nombre de visiteurs qui sont des potentiels donateurs.

  • Maintien des dons en faveur du « Kierchefong »

La Fondation Sainte-Irmine continue à assurer un rôle moteur dans le cadre de l’intermédiation des dons en faveur du « Kierchefong » et en particulier des FE (Fabriques d’église) et des CGP (Conseils de Gestion Paroissiaux).

Le montant des dons en faveur du Kierchefong par l’intermédiaire de la Fondation Sainte-Irmine a atteint en 2020 le chiffre record de 421.818 €, contre 244.073 € en 2019, soit une augmentation de 73% en 2020.

Dans cette perspective, la Fondation Sainte-Irmine entend continuer, tout au cours de l’exercice 2021, son activité d’intermédiation de collecte de dons en faveur du « Kierchefong » pour tous les donateurs qui en feront la demande.

  • Relance de donateurs

Au regard des résultats obtenus en janvier 2020, la Fondation Sainte-Irmine lancera en mars 2021 une nouvelle « campagne de réveil » de certains donateurs. Il s’agit de 2000 donateurs qui figurent dans la base de données de la Fondation mais qui ne se sont plus manifestés depuis l’année 2019.

Un courrier sera adressé à un échantillon de 20% de ces donateurs en vue de les remercier et de les induire à renouveler leur fidélité à l’égard de la Fondation. Si les premiers résultats s’avèrent concluants, la Fondation envisage de poursuivre cette campagne tout au long de l’année 2021.

Par ailleurs, la Fondation lancera une nouvelle campagne en faveur de la restauration de l’orgue de la Cathédrale, un projet qui tient à cœur non seulement à la Fondation Sainte-Irmine mais aussi à l’ensemble de la communauté catholique réunie à Luxembourg.

Si la récolte de dons peut être considérée généreuse et satisfaisante en 2020 avec environ 105.000 € de dons reçus dont 51.000 € par le biais de la Fondation Sainte-Irmine, le chemin en vue de la restauration complète est encore long et onéreux. En effet, 250.000 € sont encore nécessaires pour achever le travail déjà accompli.

Dans cette perspective, la Fondation envisage une campagne de promotion intense du projet de restauration de l’orgue à l’égard de ses donateurs au cours du premier trimestre 2021.